Quoi faire à la suite d’un incendie ?

L’important est de communiquer avec son assureur le plus tôt possible. Celui-ci vous demandera de décrire les circonstances de l’incendie et les dommages subis. Selon la nature et l’ampleur des dommages, il vous indiquera la marche à suivre. Il faudra ensuite préparer une demande de réclamation et évaluer, avec l’assureur, l’ampleur des dommages.

Pour ce faire, il faut dresser la liste des biens endommagés ou détruits et fournir à l’assureur, si possible, le modèle des appareils, les preuves d’achat, les garanties et le prix payé. Un inventaire des biens contribuera grandement à cette étape. Ensuite, il faut photographier ou filmer les dommages engendrés.

Expert en sinistre
Un expert en sinistre enquêtera sur les circonstances de l’incendie pour ensuite expliquer la marche à suivre, selon la nature des dommages subis et la couverture de votre police d’assurance. Si les dommages sont importants et qu’ils sont couverts, l’expert enverra rapidement une équipe spécialisée dans le nettoyage après-sinistre et
coordonnera les travaux pour vider et nettoyer les lieux sinistrés.

À éviter
Ne pas céder à la tentation de réclamer des objets que vous ne possédez pas ou d’une valeur supérieure à ceux que vous aviez puisque vous pourriez compromettre votre indemnisation et avoir beaucoup de difficulté à vous assurer de nouveau.

LE RÈGLEMENT D’UNE RÉCLAMATION
Les grandes étapes* :

  1. Les travaux d’urgence sont faits pour éviter toute aggravation des dommages.
  2. Un devis est préparé pour la réparation et la reconstruction des lieux endommagés.
  3. Une liste des biens endommagés ou détruits est établie.
  4. Les biens, selon leur nature et leur état, sont nettoyés, réparés ou remplacés (selon le type de règlement choisi à l’achat de votre contrat d’assurance habitation).
  5. Les pièces de l’habitation sont reconstruites.

*Ces étapes peuvent varier d’un sinistre à l’autre ou d’un assureur à l’autre et sont présentées à titre indicatif seulement.

Il ne faut pas jeter tout de suite les biens endommagés, à moins qu’ils ne constituent un danger pour la santé, ni faire de réparations permanentes avant d’avoir parlé à l’assureur. Si des travaux d’urgence doivent être effectués pour éviter une aggravation des dommages, il est essentiel de conserver les factures et les reçus.

Source : Bureau d’assurance du Canada et Groupement des assureurs automobiles, 2003-2012